AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Pas-du-Loup :: La Contrée :: Le village Pas-du-Loup :: Auprès des remparts
Partagez | 

 Bim, Bim, Bim la pluie

Lilith MacHower
sorcière
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Mer 29 Mar - 11:03

Feuille de personnage
Groupe: Sorcière & fière
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:





    Bim, Bim, Bim

Ce bruit mélodieux que provoque la chute de gouttes de pluie sur le sol pavé du village. Cette pluie fine, coupant la vision des Hommes, cette pluie fine qui perturbe les sens. Lilith s'approchait dangereusement des remparts de cette maudite ville. Marchant doucement, respirant tout aussi fort. Elle était partie tôt le matin afin de trouver de nouveaux ingrédients, de nouveaux humains. Ses longs cheveux qu'elle avait teint à l'occasion se retrouvait asperger de cette eau tombée du ciel noir et orageux. Imbiber de ce liquide, on pouvait apercevoir une imperfection dans cette couleur, surtout au niveau des racines. Pourtant, cela ne la dérangeait pas, elle n'en était pas forcément consciente. Ses habits aussi se retrouvaient dans un état pitoyables. C'était recherché. Croisera-t-elle un chevalier qui décidera d'aider un bel oiseau mort de froid, perdu proche des remparts ?

Elle continua de marcher tout en longeant ces pauvres murs. De sa main droite elle caressait les pierres. Sa marche se trouvait de plus en plus difficile, elle mimait une faiblesse physique. Elle espérait trouver un homme, une femme. Elle tentait de cacher son sourire vicieux et sadique par une moue triste et apeurée. Tout devait être parfait. Elle savait charmer les hommes, attiser de la pitié. Ces goutes d'eau semblaient être des larmes qui glissaient sur son visage. Sa robe ,qui suite aux attaquent de la marée, se retrouvait à coller le corps de la sorcière, laissant mettre en avant les formes de cette dernière.

Sa motivation était l'entrée du village. Elle continua sa course, accélérant parfois le pas par ennuie, ralentissant au moment qu'elle pensait voir des humains. Mais lorsqu'elle s'approcha de la porte fortifiée, son pas devenait de plus en plus lourd. Si bien qu'elle titubait et se laissa s'écraser sur le sol. Un sol mouillé, un sol froid. Elle ferma ses yeux, et elle attendit. Elle savait bien que quelqu'un passerait par là. Elle en était sûre. Dans une frêle folie elle chuchota ...
Venez, venez mes chevaliers ...
Revenir en haut Aller en bas
Birgit Pattes-de-Chat
sorcière
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Mer 7 Juin - 17:55

Feuille de personnage
Groupe: Sorcière alliée des villageois
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




La matinée était froide et humide quand Birgit mit le nez dehors à l'aube. Le ciel virait au rose à l'horizon et les bêtes commençaient à s'agiter dans les étables. Un museau pointu se glissa entre sa jambe et le cadre de la porte: un pas de côté permit aux deux chiens de troupeau de sortir de la maison pour faire le tour de la cour en reniflant et en battant de la queue.

«Fajyr, c'est l'heure!» cria-t-elle à son fils, qui grogna en réponse.

Quelques minutes plus tard, le petit rouquin encore échevelé la rejoignit à l'extérieur. Comme tous les matins, ils allaient mener leurs chèvres pâturer. Le troupeau comportait une trentaine de têtes et ils n'étaient pas trop de deux avec l'aide des chiens pour les garder. Birgit ouvrit la porte de l'étable et les bêtes cornues aux ventres bombés par leurs petits à naître s'éparpillèrent dans la cour.
Suivant leur instinct, les deux chiens tachetés les regroupèrent rapidement, prêts à pousser les chèvres vers la sortie dès que Fagyr ouvrirait la grande porte de la cour. L'enfant ouvrait la marche et sa mère venait en dernière, flanquée des chiens prêts à s'élancer pour ramener les bêtes égarées au moindre signe de leur maitresse.
Le petit convoi traversa le village qui se réveillait doucement dans la lumière grise de l'aube. Tout était calme et le bruit des sabots des chèvres sur les pavés raisonnait fortement. Fajyr était de bonne humeur: il aimait la pluie et l'eau en général. Sa mère disait que c'était son élément mais il ne comprenait pas bien ce que ça impliquait, sans se douter que Birgit saisissait à peine mieux le phénomène.
La grande porte des remparts les abritèrent quelques secondes alors qu'ils passaient dessous, puis c'était la rase campagne. Il grimpa sur le talus bordant le chemin pour chercher une belle branche qu'il taillerait avec son couteau une fois arrivé à la pâture. Le garçon entendit sa mère lui crier de faire attention mais continua ses singeries sans y prendre garde.
Fajyr repéra alors une forme prostrée sur le sol plus bas sur le chemin. Une femme aux cheveux rouges était allongée par terre, comme morte. Il avait beau être un apprenti sorcier, Fajyr était un enfant de dix ans. Il fit donc ce que n'importe quel enfant de dix ans ferait face à ce qu'il identifierait comme un cadavre. Il s'époumona:

«Mamaaaaaan!»

Et couru se cacher dans les jupes de Birgit. Les chèvres bêlèrent de frayeur et s'égaillèrent dans tous les sens, immédiatement poursuivi par les chiens.

«J'espère qu'il se passe quelque chose d'important Jijy avec la catastrophe que tu viens de faire!» s'exclama-t-elle en réponse tout en se penchant légèrement vers son fils.
«Plus loin, il y a une dame par terre je crois qu'elle est morte!»

Alertée par les paroles de son enfant, la jeune femme se redressa de toute sa petite taille pour apercevoir une masse au sol à à peine quelques mètres. Birgit frotta l'épaule de son fils pour le rassurer et s'approcha de la moribonde, méfiante.
La femme respirait, elle s'en aperçu en s'approchant.

«Mademoiselle, vous allez bien?» demanda Birgit tout en s'accroupissant pour toucher le bras de l'inconnue, cherchant un signe de conscience.
Revenir en haut Aller en bas
 
Bim, Bim, Bim la pluie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La senteur de la pluie
» Aisne: Nouvelle pluie d'ovnis sur la région
» Un militant "gay" : "pendant plus d'une heure, les jeunes catholiques prièrent et chantèrent leur Dieu à genoux, les mains dans les mains, sous la pluie de nos déplorables lazzis"
» Dire la PLUIE, les nuages... et le temps qu'il fait !
» Photographie : Pluie en forêt de Trescout (Hautes-Pyrénées)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pas-du-Loup :: La Contrée :: Le village Pas-du-Loup :: Auprès des remparts-
Sauter vers: