AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Pas-du-Loup :: S'installer à Pas-du-Loup :: Se présenter au village :: Les villageois installés
Partagez | 

 Duncan Brise-Vent ❧ Garde-chasse [Terminée]

Duncan Brise-Vent
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Mer 1 Fév - 16:26

Feuille de personnage
Groupe: Humains.
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Nom : Brise-Vent, nom de famille hérité de ses ancêtres, eux-mêmes gardes-chasse avant lui. On les surnomme ainsi en raison de leur lame, rapide, fendant l'air jusqu'à s'abattre sur la créature prise au piège.
Prénom : Duncan.
Âge : 52 ans.
Sexe : Masculin.
Orientation : Hétérosexuel.
Métier : Garde-chasse.
Passe-temps : Duncan voue une affection certaine aux animaux, qu'ils soient domestiqués ou sauvageons. Ainsi passe-t-il le plus clair de son temps dans la forêt du Nord, quand le petit bois d'Aniaü demeure paisible et sans encombres. Le reste du temps, lorsque la chasse et la surveillance ne sont pas nécessaires, il fréquente l'auberge où il s’enivre jusqu'à l'aube, esseulé.
Groupe : Humains.
Magies & dons : Aucun(e)s.
Spécialité : Bon épéiste, il maîtrise également les rudiments de l'arbalète. Quant aux armes courtes, il les utilise plutôt pour dépecer ou trancher la jugulaire. Il arrive qu'un poignard soit de mise, en cas de combat rapproché notamment. Néanmoins, il les évite autant que possible.
Autre : Le vieil homme n'eût aucune épouse, fuyant les responsabilités conjugales. De ce fait, il n'engendra officiellement aucun héritier, mettant ainsi fin à la lignée Brise-Vent. Pour autant, ses rares conquêtes n'ayant résidé en Pas-du-Loup, il n'est pas exclu qu'un individu aux traits familiers fasse son apparition...
Caractère
Malgré les apparences, Duncan ne présente aucunes manières bourrues. Affable et généreux, il sait tenir une conversation et intégrer les voyageurs. En bon camarade de beuverie, il n'est pas rare qu'il paie de sa poche les quelques enfilades de pintes mousseuses. Un ours bien léché, en somme.

Pour autant, le villageois attache une grande importance à son indépendance et à sa solitude. Partager une table, pourquoi pas. Partager le quotidien, non. Seule la présence de son apprenti lui est supportable et ce dès qu'il franchit les remparts sombres de Pas-du-Loup. Il devient alors un autre homme, alerte, pragmatique et sûr de lui. Cette attitude détachée et cartésienne peut - au premier abord - dérouter bien qu'étant l'ingrédient essentiel à son succès. Un chasseur compulsif ? Une créature sanguinaire ? Quelle que soit la source du problème, Duncan l'éradiquera. Intimidation ou, dans le cas d'une bête vorace, combat à mort, tout est bon pour la vie de ses protégés. Quels protégés ? La faune, la flore, la vie qui fleurit timidement à chaque recoin. Sans elles, les villageois ne pourraient subsister. Il est le gardien de leurs victuailles futures. En tout cas, l'est-il à leurs yeux. Pour Duncan, les animaux sont avant tout des êtres qui comblent son cœur vieillissant. Les pas maladroits du faon nouveau-né, le chant matinal des oiseaux... chaque fragment de ce vaste tableau se veut merveille.  

Voilà pourquoi il inculque avec fermeté ses connaissances et techniques à son jeune apprenti, Vilnoë. Dormir à la belle étoile, dépecer les prises fraîchement tuées - dans le respect et l'humilité -, favoriser le repérage en milieu forestier... cette vie est loin d'être simple. Mais c'est celle qu'il a choisie. Loin du cocon familial, des foyers chaleureux. Lui, son apprenti et Lune, son fernl et compagnon de toujours. Un roc inébranlable, élevant et abritant ceux qu'il chérit... voilà une image qui sied au garde-chasse.


Physique
Le vieil homme est imposant ; des muscles saillants taillés au fil des "rencontres", un torse large et protecteur... nombreux sont ceux l'ayant surnommé "le grizzli". Duncan s'en amuse, même si les années commencent à jouer en sa défaveur.

Le visage allongé, une barbe fournie et finement taillée l'orne avec prestance. Ainsi contraste-t-elle avec la chevelure rebelle, d'un blanc immaculé. Du reste, son regard fin revêt un bleu glacial bien qu'animé d'une flamme vive et bienveillante. Zébré d'une profonde cicatrice pourpre, elle témoigne d'expériences lourdes, d'un sombre fardeau ; celui de gardien. Cela lui a valu la perte d'un œil, désormais aveugle.

Seuls les plus observateurs remarqueront une démarche légèrement boiteuse. Elle fut engendrée il y a de cela une décennie, par une lutte l'opposant à un alargias. Cette histoire n'est que rarement contée, réveillant une douleur encore amère.

Duncan ne quitte jamais ses armes de prédilection ; une épée au pommeau représentatif d'une tête de grizzli, d'une arbalète aussi précise que mortelle ainsi que d'un poignard et coutelas en argent, pour parer à d'éventuelles créatures de la nuit. Aucune armure, juste de simples habits en toile, surmontée d'un manteau fourré pour survivre aux ténèbres gelées.


Un peu d'histoire
L'enfance de Duncan fut des plus paisibles. Il ne perçut le Mal qu'au travers de récits contées par son père et son grand-père. Loups-garous, sorcières et autres engeances maléfiques menant de sombres projets dans le but de déferler l'enfer sur la Contrée. Ce fut là les prémices d'un esprit conservateur, s'acharnant avec fougue et bravoure pour contrer ces fruits du démon. Aucun être noir ne devait survivre, il leur en avait fait le serment.

Les années passèrent et le rejeton des Brise-Vent prit son envol. Aguerri et fier, on lui incomba la lourde tâche de garde-chasse. Qui mieux que lui, héritier de la lignée des gardiens forestiers, pour veiller sur les arbres, les bêtes et les vivres ? Bientôt, ses escapades devinrent solitaires. Elles devinrent réellement dangereuses. La mort frappe sans crier gare et hurler dans l'infinité naturelle ne vous immunise aucunement. Les premières balafres. Les premières visions d'horreur. Duncan en retira une souffrance certaine, mais décida de prémunir son esprit. Il devint l'homme qu'il est aujourd'hui. Anticipant, prêt à dégainer son arme aux moindres faits et gestes. Un homme à l'intelligence redoutable, ôtant la vie froidement, pour le bien des siens.

Son cœur fut inerte d'amour. Fonder une famille, bâtir un mariage solide... il n'en vit plus l'utilité. Un beau jour, un jeune fernl s'introduisit dans sa demeure. Cette créature gauche et rondouillarde retourna chaque pièce, chaque objet jusqu'à ce que le maître des lieux fasse irruption. Dans une colère noire, il chassa la bête, lui promettant un carreau entre les deux yeux s'il ne déguerpissait pas au plus vite. Têtue, elle usa de son intelligence pour parvenir à ses fins ; un long tunnel rejoignit bientôt la chambre à coucher. Profitant des discrétions offertes par la voûte nocturne, le fernl prit place aux côtés de Duncan, dormant - semblait-t-il - à poings fermés.

- Mh... un autr... non ! suivit d'un ronflement sonore.

Enlaçant l'intrus, Duncan remonta peu à peu ses doigts jusqu'à la gorge de l'animal.

- Je te tiens misérable ! "Intelligentes", hein ? Il semblerait que tu ne bénéficies pas des qualités de ton espèce.

Apeuré, le fernl se débattit de toutes ses forces afin de recouvrer sa liberté.

- Inutile d'essayer, j'en ai maîtrisé de plus coriaces !

Résolue, elle se raidit, attendant son heure avec terreur. La lame ne fit pas mouche ce soir-là. À la place, le fernl eut des restes de gibier, dont il se délecta avec bonheur. Duncan ne comprit pas lui-même ce qui se produisit. Pourtant, il fut pris d'affection pour la créature qu'il baptisa bientôt "Lune", en souvenir de cette nuit et... des rondeurs évidentes de l'animal. Quant au nouveau résident, la clémence de l'humain le toucha tant et si bien qu'il ne le lâcha plus d'une semelle.

- Tu as bien compris ? Pour rester ici, il te faudra être utile. Me suivre durant mes rondes, partir en éclaireur, m'aider en cas de... complications. Ce sera ton gagne-pain.

Le fernl ne comprit pas un traître mot mais ses yeux ronds furent suffisamment convaincants pour que Duncan puisse hocher la tête, en signe de satisfaction.

- Bien, alors... sois le bienvenu chez toi, Lune !

*       *       *

Le temps s'écoula et, avec lui, les jeunes années du villageois. Désormais habitué à ses allers et venues en forêt, son corps s'était considérablement affermi. Pas un jour ne passait sans qu'un regard indiscret n'illustre la renommée du garde-chasse.

- Tenez, mon ami ! Votre nouvelle épée, fraîchement forgée !

C'était le forgeron de Pas-du-Loup, un grand gaillard, la moustache froissée et le sourire avenant.

- Eh bien, ce fut rapide. Comme toujours !

Flatté, l'artisan ria de bon cœur.

- Vous êtes mon meilleur client, Duncan. Je dois honorer vos commandes, c'est ainsi !

Admirant la lame, il aperçut son pommeau parfaitement ciselé. L'animal ainsi représenté fut un clin d’œil tout adressé. Plus qu'une arme, c'était un cadeau. Un ouvrage de toute beauté, qui avait du le tenir éveillé des nuits durant. Duncan en fut profondément touché.

Une rapide accolade suivie d'un paiement généreux et le voici qui se dirigeait de nouveau vers les remparts de Pas-du-Loup. Le forgeron voulut le rattraper, afin de lui rendre la monnaie... trop tard, il s'était déjà éclipsé.

- Vieil imbécile, tu ne changeras donc jamais...

Aux abords du village, une femme vint à sa rencontre, tirant par la main un jeune garçon boudeur.

- Monsieur Brise-Vent ! J'ai à vous parler !

- Cela ne peut attendre ? Veuillez m'excuser mais... j'ai à faire.

Lune gronda en apercevant le rouquin, menaçant. Cela eut pour effet de l'effrayer, reculant de quelques pas en arrière.

- Maman, maman... s'il-te-plaît, je ne veux pas !

- Tu n'as pas le choix Vilnoë ! J'en ai assez de tes fréquentations, il est temps que tu deviennes un homme.

Duncan se désintéressa de cet accroc, préférant reporter son esprit vers son programme journalier. Vilnoë se tut, laissant parler sa mère.

- Voilà... j'ai entendu dire que... vous n'aviez pas d'enfant et... s'il-vous-plaît, prenez mon fils comme apprenti !

Cette requête le surprit.

- Comment ? Vous voulez que je prenne ce gamin sous mon aile ?

- Oui... Je sais qu'accéder à ma demande n'est pas facile mais...

- C'est non.

- Que... qu'avez-vous dit ?

- J'ai dit non. Cet enfant n'est pas prêt, il n'est pas prêt pour ce qu'il y a au-dehors. Et vous madame, si vous saviez ce qu'il y a là-bas... vous ne le traîneriez pas avec tant de volonté.

- Je sais. Je sais ce qu'il y a "au-dehors". Mon mari en a fait les frais il y a de cela dix ans. Le Loup... il... il en est mort.

Ses billes de citrine s'assombrirent, tout comme celles de son enfant. Un tel drame familial était chose courante par ici. Malgré tout, il n'en demeurait pas moins violent, cruel... déshumanisant. À cet instant, Duncan perçut une étincelle dans les tréfonds de ces yeux si jeunes. Il perçut le destin de Vilnoë.

- Demain. Demain à l'aube, aux remparts. Si tu as le moindre retard, petit... tu pourras faire demi-tour.

- O-ou...

- Ta mère ne sera plus là. Tâche de lui faire honneur.

- Compris monsieur Brise-Vent.

- Appelle-moi Duncan. Tes politesses, tu devras les abandonner, dans la forêt.

Le lendemain, le garçon fut là, précisément à l'heure escomptée. Son apprentissage débuta sur les chapeaux de roue, bien que Lune y fut réfractaire. Devant l'air soucieux du petit, le vieil homme sourit.

- Il m'est tombé sur la tête comme si l'astre s'était soudainement décroché du ciel ! N'aie crainte, l'étrangler est chose facile.

- Ah... ah bon.

Lune répliqua d'un petit grognement mécontent. Suspendant la taille du bois, il dévisagea le jeune garçon.

"Ma foi, le chemin s'annonce long et périlleux. J'espère que ça en vaut la chandelle. Pour le bien de la communauté...", pensa-t-il.

- Bien. Commençons, veux-tu ?





Mon p'tit nom sur la toile c'est Ukrysis et je me trouve actuellement en seconde année de licence en lettres modernes. Duncan se présente comme un personnage plutôt classique, le précepteur expérimenté au combat mais maladroit dès qu'il s'agit d'exprimer son affection. C'est un thème qui me tient à cœur et qui, je pense, a sa place sur le forum. À terme, je le vois s'affaiblir et compter de plus en plus sur son jeune apprenti (qu'il viendra à considérer comme le fils qu'il n'a jamais eu). Il finira peut-être sa vie comme maître d'écurie ou vieux râleur. xD
Dans tous les cas, j'espère que vous l'apprécierez lui, Lune et Vilnoë (qui seront des PNJs récurrents, sauf si l'apprenti bascule du côté des prédéfinis... ou du côté obscur).
Revenir en haut Aller en bas
Lussa Ullen
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Dim 5 Fév - 18:38




Bien le bonsoir !

Je te l'ai déjà dit, mais j'aime beaucoup ton personnage, et ton écriture. Sincèrement, je ne vois rien à redire sur ta fiche et j'ai très hâte de voir Duncan se développer en jeu, ça risque d'être bien amusant ! Je te suivrai de très près ce bonhomme ._.

Je te valide avec grand plaisir, bienvenue chez toi ♥ c:
Revenir en haut Aller en bas
Duncan Brise-Vent
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Dim 5 Fév - 22:26

Feuille de personnage
Groupe: Humains.
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Merci pour la validation madame la fonda' et longue vie à Pas-du-Loup ! :D
Revenir en haut Aller en bas
 
Duncan Brise-Vent ❧ Garde-chasse [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARRIER de BOISDYVER Garde-chasse Fontainebleau (S-et-M)
» Colère d'un garde chasse
» Devenir gardien de réserve naturelle
» Sandrine ! Terminé pour moi la chasse aux exuvies ! Fini ! !
» [b]Blason des Chasseurs à Cheval de la Garde Consulaire?[/b]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pas-du-Loup :: S'installer à Pas-du-Loup :: Se présenter au village :: Les villageois installés-
Sauter vers: