AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Pas-du-Loup :: La Contrée :: La forêt du Nord
Partagez | 

 [Event #1] La chasse aux enfants (Bor, Lussa...)

Lussa Ullen
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Jeu 4 Mai - 0:47





La fête du Printemps ! Ca, c'est bien une fête qu'apprécie Lussa Ullen. Chaque année, elle y participe de bon cœur. Pendant dix-huit heures, l'auberge d'Argentfer ne met aucun couvert mais ce n'est pas pour autant que Lussa oublie son métier. Elle se débrouille toujours pour dénicher de bons crus de bières et de vins. De beaux tonneaux pour les premiers, quelques barils plus petits pour les seconds... Pour ce qui concerne le service... chacun pour soi ! Aujourd'hui ne fait pas exception à la règle.
La petite dame Ullen a passé sa matinée à préparer bravement cette fête du Printemps et maintenant que la nuit était tombée, elle n'avait plus qu'à profiter !



Son masque représente une tête d'ours. Il est entièrement fait de bois, son front est orné d'un galet blanc au milieu et ses oreilles d'ours sont percées de plusieurs anneaux d'argent. Cachée là-dessous, Lussa danse, saute, virevolte, tourne et tourne encore. Elle joint de temps en temps sa voix à celles des autres, n'hésite pas à donner quelques coups de hanches pour avoir plus de place pour se dandiner.

Hmhm. Note importante: cette fête est l'un des rares événements où Lussa s'autorise à boire plus qu'une bonne choppe de bière. L'alcool coule à flots. Alors, comme beaucoup d'autres villageois, le nez de la rouquine se tint d'un rouge pâle. Elle hoquette. Elle rit fort. Elle chante encore plus fort. Elle prend encore plus de place en dansant... En somme, elle s'enivre.

Quand quelques mères se mettent à pleurnicher et à s'affoler, Lussa Ullen, ivre, s'arrête sur place et regarde le monde flou. Le monde est penché, d'ailleurs. Quel monde étrange. Pendant une dizaine de minutes. C'est cela ! Il faut environs dix minutes à l'aubergiste pour saisir un tant soi peu ce qu'il se passe autour d'elle, n'est-ce pas fabuleux ?
« Merde alors... les gosses ? »
Ce qu'elle comprenait la mettait, métaphoriquement, sur le cul. Elle tentait vaguement de mettre de l'ordre dans sa crinière rousse, encore plus ébouriffée qu'à l’accoutumée après sa danse endiablée.

La nuit était sombre. Il n'y avait pas énormément de nuage. La forêt ne laissait pas entendre de mauvais présages proches à venir. Pourtant, il n'était pas possible de ne pas s'inquiéter pour des enfants. Même s'ils ne sont pas à soi.  
Alors, devinant bien la suite des événements et sans attendre plus longtemps, Lussa se leva et marcha à grand pas en direction des portes de Pas-du-Loup. Elle choppa fermement le bras du premier gai luron qu'elle croisa en jetant un vaillant « EN AVAAAANT ! ». A vrai dire, elle n'était pas certaine d'avoir embarqué un gai luron. Peut-être le bras qu'elle tenait n'appartenait-il qu'à un simple luron. Ou à autre chose ? Uh. Tant pis. Le but était de ne pas être seul pour mener les recherches.

Mesdames, messieurs, l'ivresse donne des ailes ! Laissant libre court à son soudain instinct de chasseuse et ses sens hyper-développés, Lussa la traqueuse s'enfonçait des les ténèbres des bois de la forêt du Nord. Étrangement, son ouïe aiguisée ne lui permettait pas de se rendre compte à quel point elle parlait fort, entre deux hoquets. « HE LES MIOCHES ! RENTREZ TOUT DE SUITE ! SINON CA VA BARDER ! »

Une branche craqua sous le pied de la rouquine, qui se retourna vers son luron (qu'elle reconnu vaguement, comme un client passé dans son entreprise) en croisant les bras. Elle lui fit un regard réprobateur. Non mais, il avait quoi à faire du bruit celui-là, sérieusement ? « Tu pourrais regarder où tu mets les pieds ! »
Oui non, il était probable que Lussa Ullen, aubergiste renommée, ne tienne pas très bien l'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Bør Vell'an
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Ven 5 Mai - 22:24

Feuille de personnage
Groupe: Humains
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Bør n'avait pas mis de masque en ce début de soirée. Bien qu'il était venu fêter l’événement, il n'y connaissait pas grand chose et n'avais pas trouver de masque lui offrant à peine 1% supplémentaire de côté sauvage déjà présent. Il se contenter de taper en rythme avec ses marteaux au-dessus de sa tête, les faisant se cogner l'un contre l'autre. Il s'était habillé avec des fourrure relativement jolie, arborant des motifs animaliers uniques et en symbiose. Sa façon à lui de se vêtir pour la fête du Printemps. Il portait également une gourde, d'eau. Bør ne souhaitant pas boire d'alcool en ce soir de festivité, préférant l'eau par respect à ses coutumes pour célébrer silencieusement ses aïeuls.

La joie ÉTAIT présente, car de nombreuses mères criaient désormais à l'aide, pour qu'on retrouve leur progéniture. Il n'était pas nounou et rien pendant la soirée ne lui avait indiqué qu'ils devaient les surveiller. Ce n'était pas son rôle. Mais il se dit qu'il devrait tout de même aider à la recherche, en remerciement de l'accueil du village.

Enfin... Il n'avait même pas eu besoin de se proposer qu'une crinière flamboyant l'attrapa par le bras, comme une jouvencelle attrape son cavalier pour ouvrir la danse. Bør s'inclina légèrement pour voir qui l'avait empoigné.

Il n'eut pas de mal à reconnaître Lussa Ullen, car il l'avait déjà rencontré en fréquentant son auberge. Il la vit pourtant dans une situation fort étonnante, aussi alcoolisée que son lieu de travail. Bør se demandait si cela serait bien vu de l'assommer LÉGÈREMENT, avec ses masses, pour la poser délicatement dans un endroit protégé du village, vu son état. Mais il se ravisa. Parce qu'elle pouvait lui être utile, les effluves d'alcool seraient sans doute passagère et puis, autant éviter d’abîmer la jolie aubergiste lui dirait sans doute la quasi totalité du village.

Ils s'enfoncèrent dans la Forêt, ce qui sembla logique à Bør pour maximiser les chances de retrouver des enfants éloignés. Il pensa tout de même que vu le boucan que faisait son acolyte, les enfants auraient déjà du les entendre depuis longtemps. Ou tout autre animal nocturne, aussi.

Après une énième faute de discrétion, à cause d'une innocente branche passant sous les pieds de Lussa Ullen, Bør empoigna Lussa par les épaules, pour la mettre face à lui et la regarda d'un œil réprobateur pour lui signifier de se calmer.

"Ironiquement, pour une aubergiste, vous ne tenez pas l'alcool. Cette gente dame que voici veut bien faire silence ?"

Il se saisit alors de sa gourde d'eau et entreprit de faire boire Lussa pour qu'elle retrouve les idées claires.
Revenir en haut Aller en bas
Lussa Ullen
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Ven 12 Mai - 23:24





Les grosses poignées de son accompagnateur sur les épaules, Lussa tirait une moue digne d'une enfant de quatre ans. Allons bon, il n'avait pas droit de la tenir comme ça, pour la gronder rien qu'avec son regard mécontent. C'était injuste. Cependant, elle ne pu faire semblant de bouder plus longtemps après que son interlocuteur ait parlé. Un sourire malicieux et un regard de chat malin c'étaient emparés du visage de la rouquine. Sans compter ses joues rouges. Rouges certainement dû à l'alcool.

« Tiens dont, tu me vouvoies maintenant ? Coquinou ! » Voilà voilà. Pourtant, c'était plus que courant que Lussa Ullen soit vouvoyée... Voire même, elle l'exigeait de certains de ses clients ! Seuls les grands fidèles ou ceux qu'elle fréquentait en dehors de son travail pouvaient se permettre de la vouvoyer. Mais il semblerait qu'après quelques choppes bien pleines de bière, les politesses et manières pouvaient être un tantinet mises de côté.

En soit, la scène de Bør Vell'an tentant de faire boire de l'eau à Lussa Ullen, folle d'ivresse, était assez amusante. La bonne femme tanguait de trop pour attraper correctement le goulot de la gourde, elle tentait de parler tout en buvant. De respirer aussi. Respirer et boire en même temps n'est guère une chose aisée, vous savez ? Alors elle s'étouffait à moitié, toussait, hoquetait et râler contre son sauveur de fortune. « Arrête d'essayer de me noyer, bougre d'agneau ! » Puis elle riait, poussait vaguement Bor, etc.

La nuit s'assombrissait toujours plus. Ici, les sapins étaient plus grands et plus sombres que ceux qui entouraient le village, quelques mètres plus loin. Un vieux hibou, un peu rabougri, semblait observer les deux villageois en contre bas. Son plumage était abîmé et vieux, mais ses yeux restaient si vivants et jeunes, reflétant un parfait éclat de lune. Il n'y avait pas grand chose d'autre aux alentours... Il y avait une fine neige, par-ci par-là. Sans doute les grottes d'Enrobe n'étaient-elles plus qu'à quelques kilomètres. Il fallait espérer ne pas avoir à aller jusqu'à elles.
« Allons-y, chuuuut... »
Son doigt sur la bouche de Bør, histoire qu'il n'ait rien a dire, Lussa lui fit signe d'avancer un peu plus dans la forêt. Elle se dégagea des grosses pattes du sauvageon et se mit à marcher sur la pointe des pieds. Pas à pas. Petit pas à petit pas... Mini petit pas à mini petit pas... Bon n'abusons pas non plus ! A cette allure, les enfants ne risquaient pas d'être retrouvés de sitôt !
Mais dieu sait que les femmes sont surprenantes ! Tel un chien en chasse, Lussa se mit à courir.. à tenter de courir, plutôt (et en trébuchant), dès qu'elle entendu une sorte de cri lointain et étouffé. Pa là ! C'est sans doute par là, oui !
Revenir en haut Aller en bas
Bør Vell'an
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Dim 14 Mai - 21:06

Feuille de personnage
Groupe: Humains
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Bør avait légèrement mordillé le doigt de Lussa, lorsque elle le lui mit sur la bouche. Il s'amusait à faire cela depuis tout petit, dés que son paternelle le grondait en le pointant également du doigt.

Il souria devant la mine surprise de Lussa, et ria doucement afin de rester un tantinet silencieux.

"Je vous suis, gente dame !"

Il se mit à marcher derrière, tout en gardant un œil sur ses arrières. Ses arrières à lui. Pas l'arrière de Lussa. Enfin, bien que c'était un arrière qui valait le regard, ses yeux était plus braqués sur sa mission à retrouver les enfants.

Le duo s’enfonça de plus en plus dans la sombre forêt. Bør suivait Lussa en courant, l'empoignant par la taille lorsqu'elle trébucha afin de la remettre d'aplomb et arracha les branchages qui se prenaient dans ses vêtements de fourrures et ceux de Lussa, pour ne pas rester accrocher et perdre un temps futile. Il scruta le moindre recoin, car il savait qu'ils n'étaient surement pas seuls. Cela ce concrétisa lorsqu'il entendu lui aussi le cri étouffé et lointain.

"Vous avez entendu !? Nous sommes sur la bonne voie ! Mais restons sur nos gardes !"

Bør avait déjà empoigné ses masses dans chacune de ses paluches, en parfait ambidextre. Et pendant que Lussa et lui se dirigèrent de plus en plus proche de la destination du cri, il agita ses bras en cercle de manière à les entourer des longues chaines qui pendaient des masses.


Revenir en haut Aller en bas
Lussa Ullen
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Jeu 18 Mai - 9:57





La nuit passait peu à peu. L'air se rafraîchissait tandis que la lune traçait son chemin dans le ciel, au travers des étoiles.

« AH ! NOM D'UN SKROBL ! » Lussa s'accroupit soudainement, une petite larme à l’œil. Elle avait perdu une de ses bottes -on ne sait comment alors n'essayez pas de d'élucider le mystère mystérieux de cette disparition saugrenue, merci- et venait de marcher sur ce qui semblait être des ronces. Elle maugréait quelques choses inaudibles et cela était certainement mieux ainsi. Comment diable peut-on marcher dans la forêt sans chaussure et espérer ne pas rencontrer quelque chose de douloureux sous ses coussinets ?
L'ivrogne avait épousseté la terre de son panard et passait maintenant sa main dessus, cherchant rapidement si une épine était restée planté dans sa peau. A première vue, non. Alors elle se releva, et se retourna vers son coéquipier, avec un petit air de chien battu.
« Je suis navrée, j'espère que je n'ai pas crié trop fort. Mais c'est qu'ça pique  quand même tu vois ! »

Tu parles ! L'aubergiste avait certainement fait fuir les rongeurs et tous les hiboux du coin qui étaient en chasse. Et si par chance les enfants disparus étaient par ici, le(s) ravisseur(s) étaient certainement alertés et avaient commencé à prendre la poudre d'escampette !

Mais, comme si elle venait d'oublier totalement ce qui venait de se passer, la rouquine s'approcha du Vell'an, en posant ses points sur ses hanches. Fronçant les sourcils et pincant ses lèvres, elle resta figée quelques secondes -les ivrognes sont toujours lents à réagir...-  Elle venait soudainement de se souvenir d'un petit détail qui avait fait sourire son compagnon de recherche.
« Hé dis donc toi ! J'y pense. J'vais t'apprendre à mordre les doigts des gens comme ça ! » Ni une ni deux, elle fonça sur son interlocuteur et lui sauta dessus. Elle essayait -possiblement- vaguement de lui mettre une raclée. La scène était assez ridicule. Non pas que le nouveau villageois soit un titan face à Lussa, mais un peu quand même. Elle ne pouvait pas faire grand chose d'autre que de tenter de lui tirer la joue, la barbe, le nez... Enfin, une bagarre de fillette, en somme. Pour finir, elle trouva le moyen de se venger et mordu bien fort l'un des doigts de Bør qui traînait près de ses lèvres durant cette dure bataille.

Il n'y a pas à dire, Lussa était une personne insupportable lorsqu'elle était ivre.

Revenir en haut Aller en bas
Bør Vell'an
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Jeu 18 Mai - 17:08

Feuille de personnage
Groupe: Humains
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Bør était encore équipé de ses masses dans chaque main, solidement accroché à ses bras avec la chaîne, quand il se pencha sur le maux de Lussa. Se demandant vainement à quel partie du trajet, la botte avait disparue.

Il lui fait un léger massage, bien que rude pour qu'il soit efficace avec ses doigts puissants. Son regard sobre de pisteur bien plus utile que les yeux alcoolisés de Lussa.

Il se releva ensuite, et Lussa fit de même. Elle le regarda avec une certaine moue et un air de malice passa dans le regard de l'Aubergiste. Cette dernière sauta sur le colosse au cœur tendre pour se venger de son machouillage à son encontre. Ayant lâcher ses armes pour la tenir avec amusant, le métal froid pendouillaient dans le vide effleurant les parties nues au niveau du tronc des deux opposants (bras, torse,...) et à force de geste pour agripper Lussa, et s'amuser avec elle en la chatouillant pour lui faire perdre prise, c'est la prise des chaines autour des bras de Bør qui diminuait.

L'une des masses tomba, pile sur le pied de Bør. Bien que lourdement, sa grosse botte atténua le coup. Mais la surprise permit à Lussa de se venger en mordant l'un des doigts de Bør. Il avait l'habitude des morsures de plus grosse bébête et les dents de Lussa n’allèrent même pas jusqu'au sang. Mais cette seconde surprise, bien que plus comique aux yeux de Bør ne lui permit pas de faire attention à la seconde masse qui était tombée derrière lui.

En reculant, avec une Lussa Sauvage qui se démenait encore comme une jeune enfant avec le titan, il se prit les pieds dans son arme et trébucha. Écrasant plusieurs branches au passage, il tomba sur le dos et Lussa, elle, tomba contre son torse nu découvert par son manteau de fourrure recouvrant désormais le sol telle une cape.

Les visages du duo n'était qu'a 5 centimètres l'un de l'autre. Les vapeurs alcoolisés de Lussa ne semblait pas gêné Bør, qui était plus gêné de la situation. Les yeux gris acier du titan se reflétant dans les yeux bleus digne d'un océan de la rouquine, et vice versa, offrant un long moment de regards entre les deux individus.

"Lussa... Euh... Peut-être accepteriez-vous que je vous porte pour le reste du trajet ? Vous risqueriez d'être blessée... par du végétal ou des créatures petites et cachées avec votre pied... nu. Euh... Nous devrions nous relever, des enfants nous attendent..."

Décidément, Lussa - à sa manière - avait réussi à intimider un colosse entier tout en muscle. Il avait légèrement bredouiller avec l'aubergiste au cheveux couleur feu cadrant le visage séduisant de Lussa et par la même occasion, celui puissant mais à la beauté sauvage de Bør. Ce dernier ayant droit à un rideau de chevelure rousse autour de lui, car le visage de Lussa était au-dessus du sien.


Revenir en haut Aller en bas
Lussa Ullen
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Lun 22 Mai - 22:11





Le pire dans toute cette histoire, c'est que le gredin avait l'air de bien se marrer. Comme c'était agaçant ! Les chamailleries semblaient s'éterniser, et le ridicule ne s’atténuait pas. Puis tout bascula. Littéralement. Lussa poussa un petit cri de surprise avant de se redresser légèrement et remarquer qu'elle était nez-à-nez avec sa victime. Sans réelle explication... Enfin, si. Suite à cette bagarre endiablée et les quelques litres d'alcool qu'elle avait ingurgité, l'aubergiste avait relativement chaud. Et s'arrêter de bouger, si soudainement, le lui fit remarquer. Elle sentait ses joues bouillir. Sans doute étaient-elles d'un beau rouge écarlate; mais la noirceur de la nuit ne le laisserait pas paraître.

Gênée, Lussa Ullen se releva rapidement après les paroles de Bør. Elle s'épousseta, bien qu'elle ne soit pas tombée au sol mais sur le colosse, par habitude. Elle retirer sa seconde chaussure et la jeta au loin. Puis elle se retourna vers son interlocuteur et passant une main dans ses cheveux pour tenter de les remettre à peu près correctement.
« Ne vous en faites pas, je suis une grande fille. Allé, levez-vous gredin ! » A noter que ce petit surnom était dite de manière affectueuse.

Tandis que l'homme se relevait, la rouquine entreprit de ramasser l'une des masses à terre. A deux bras. En retenant son souffle. Et en suppliant intérieurement le sauvageon de récupérer son bien le plus vite possible. C'est qu'elle pesait son poids la vilaine !

Une fois que le bonhomme eut repris son bien, Lussa, qui se tenait droite du mieux qu'elle pouvait, prit la parole.

« La forêt est grand mon mignon. Le village s'est déjà séparé en mille pour aller à la recherche des enfants. Je n'ai pas l'intention d'être un poids pour cette quête. J'ai moi-même quelques bottes secrètes, elle souligna cette phrase d'un clin d’œil malicieux. Ne vous en faites pas ! Ce qu'il faut c'est continuer. Dans mes souvenirs, il y a une clairière non loin d'ici et un ruisseau la traverse. Il est suffisamment profond pour accueillir de petites barques et ça ne s'arrange pas en aval. S'ils sont malins, ils vont avoir prévu des embarcations pour s'enfuir... Allons-y de ce pas. Au pire des cas,
ce ne sera qu'un petit détour de plus.
»

Sans vraiment attendre de réponse, la femme se mit en marche. Si elle n'était pas partie en zigzagant, on aurait presque pu croire qu'elle était enfin lucide ! Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle ne se trompait pas et qu'aucune seconde du précieux temps serait perdue.

A l'état de l'avancée de la lune, il devait être... trois heures du matin environ. La nuit avançait si vite. Le temps avance toujours plus rapidement lorsqu'on en manque.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Bør Vell'an
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Jeu 25 Mai - 15:39

Feuille de personnage
Groupe: Humains
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Bør se releva, encore un tantinet géné, avant de s'empresser de reprendre sa masse des mains de Lussa Ullen, qui avait bien du mal à la supporter. Il fit glisser la chaîne proche d'un mètre autour de son bras armé, puis de son bras valide, il prit sa seconde masse et enroula la seconde chaîne autour de la taille et accrocha la masse à sa ceinture. Il avait désormais une arme en main et une main valide au cas où.

"Décidément, vous me surprendrez toujours ! Vous semblez faire osmose avec la nature en vous baladant ainsi pieds nus !"

Le colosse suivit alors l'Aubergiste, bien que plus "droitement", tout en lui parlant dans son dos et en restant alerte.

"Des barques ? Allons nous suivre la voie terrestre ou maritime ? Il y aura-t'il assez de place pour les enfants ?"

Bør marqua un temps avec un soupir las.

"Si... on les retrouves... Bien que nous n'avons fait aucune "mauvaise" rencontre depuis le temps. Cela fait plusieurs que nous marchons et aucun signal. Aurons nous un signal du village ? Tel que de la fumée ou des cors pour nous prévenir ?"

Le Nomade ne connaissait pas encore le système d'alerte du village, mais il espérait qu'il était efficace et que la recherche par les autres habitants connaissait une importante avancée. Il se souciait autant des enfants que de Lussa, ne savant pas si elle risquait continuellement sa vie. Elle connaissait la région depuis plus longtemps que lui, et y était habituée. Mais Bør était sobre et prudent ; il semblait faire plus attention à la vie de son alliée qu'a la sienne. Il était puissant, et ne montra point le fait que d'être dans un tel état d'alerte commençait à le fatiguer.


Revenir en haut Aller en bas
Birgit Pattes-de-Chat
sorcière
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Mer 7 Juin - 23:56

Feuille de personnage
Groupe: Sorcière alliée des villageois
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Birgit n'avait pas osé se mêler à la foule. Son agilité exceptionnelle faisait d'elle une excellente danseuse mais elle savait bien qu'elle n'était pas la bienvenue et qu'elle serait reconnue même grimée. Pour participer à sa manière à la fête, la jeune sorcière s'était perchée sur un toit, un masque de chat siamois sur le visage. Elle avait même osé se glisser discrètement jusqu'aux tonneaux de bière pour s'en servir une chopine à boire sur son perchoir. Personne n'avait pensé à lever le nez pour constater la curieuse présence de Pattes-de-Chat la chevrière, confortablement calée sur un toit à dix mètres du sol. Son point de vue était impayable et elle s'amusait à chercher les pires danseurs de la foule et à deviner leur identité.
Birgit fut une des premières à remarquer quelque chose d'anormal, au départ un simple pincement dans son intuition, cela devint une véritable angoisse quand une des femmes se mit à chercher son enfant. La panique se répandit rapidement: aucun enfant n'était trouvable. Debout sur le toit, Birgit avait scruté les rues alentours, mais aucun des petits ne semblait y être. Et surtout pas Fajyr, son propre fils, qui s'était volatilisé avec les autres.

Elle dévala le toit sur lequel elle se trouvait jusqu'à un bâtiment plus petit duquel elle pouvait sauter à terre et couru jusqu'à chez elle, ne s'arrêtant qu'une fois dans sa cour. Birgit siffla ses chiens, Regin et Smidur, puis se dirigea vers l'étable pour seller le poney mais se ravisa: de nuit, dans la forêt, une monture ne lui ferait pas gagner de temps.
Elle se laissa plutôt tomber à genoux pour expliquer aux chiens qui ils cherchaient.

«Il faut trouver Fajyr.» dit-elle, avant d'ajouter pour être le plus précise possible: «Il faut que vous pistiez Fajyr pour moi. Dans la forêt.»

Son expérience lui avait prouvé qu'elle pouvait mettre autant de puissance qu'elle voulait dans sa requête, c'était inefficace si elle n'était pas assez claire. Mais elle avait du l'être, Regin et Smidur se mirent à japper en tournant en rond près de la porte, l'attendant avec impatience pour commencer la traque.
Attrapant les chiens par leurs colliers pour se rassurer, elle s'élança vers la sortie de la ville. Dès qu'ils furent dans la forêt, Pattes-de-Chat lâcha ses chiens qui se mirent à parcourir les environs avec énergie, le nez au sol.
Birgit, elle, avait l'odorat moins sensible mais son oreille était fine. Dans un silence studieux, ils guettaient la moindre traces des enfants. Ceux qu'ils trouvèrent étaient plus âgés mais guère plus matures semblait-il. Pendant plusieurs minutes, la jeune femme les entendit avancer parallèlement à elle mais à une dizaine de mètres de distance. La conversation était animée et il lui sembla les entendre tomber à plusieurs reprises. Les chiens étaient déconcentrés par ce bruit et la consultèrent du regard. Birgit en déduisit qu'il s'agissait d'un couple d'adolescents partis faire une promenade en forêt après quelques pintes. Ils ne devaient pas être au courant du drame, aussi, après avoir rappelé ses chiens au pied elle traversa les quelques mètres qui les séparait d'eux. Une fois derrière eux, la sorcière se racla la gorge pour signaler la présence.

«Vous déconcentrez mes chiens!» lança-t-elle avec un absolu manque de tact lié au fait qu'elle se pensait en présence d'adolescents pris en faute.

Ce fut alors qu'elle réalisa qu'elle arborait toujours son masque de chat. Elle l'arracha vivement, d'autant plus gênée qu'elle venait de réaliser que l'un des deux individus était l'aubergiste, bien trop âgée pour la gaudriole dans les bois et présente quand on avait réalisé l'absence des enfants. Birgit mangeait chez elle au moins deux fois par semaine, vivant avec l'idée que vu sa réputation, on devait cracher dans son assiette régulièrement. Désormais elle allait certainement devoir vivre avec le fait qu'on crachait dans son assiette systématiquement.
Pattes-de-Chat étrangla un fou rire nerveux: Fajyr s'était évanoui dans la nature avec tous ses petits camarades et elle trouvait le temps de se demander qui cracherait dans sa choppe et pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Le Loup
tête de loup
avatar







Voir le profil de l'utilisateur


http://pas-du-loup.forumactif.org/t6-le-bestiaire
Ven 9 Juin - 8:09

Feuille de personnage
Groupe: PNJ
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Dans toute cette cohue, un son s'élève dans la nuit. Il est doux, apaisant, enchanteur... Intriguant. Chacun se met à avancer en direction du Nord-Est, l'oreille tendue. Petit à petit, s'ajoute les petits clapotis de l'eau. Le ruisseau évoqué par Lussa Ullen se dévoile à vos yeux. Il est limpide. Son eau, cristalline, provient du Lac Néreuti qui se trouve plus en amont. Elle s'écoule, calme et mélodieuse sous la clarté de la nuit qui lui offre une teinte bleue turquoise quelque peu fluorescente.
Vous remarquez immédiatement deux baraques amarrées au rivage. De nombreuses traces de piétinements sont présentes. Oui, les enfants sont passés par-là. Non, il n'y avait malheureusement pas que deux baraques amarrées à cet endroit dans l'attente d'être utilisé pour le crime. Les ravisseurs ont embarqué avec les enfants. Il n'y en a pas beaucoup à Pas-du-Loup, deux à trois barques seulement peuvent être remplie avec les progénitures des villageois, les kidnappeurs compris.

Le son qui vous attiré est toujours présent. Il vient d'ici. Par souci de satisfaction, vous vous dites tous que vous ne pouvez pas être arrivé ici pour ne faire que constater que les enfants s'éloignent de plus en plus du village. Vous vous mettez à fouiner dans les environs. L'un fouille les alentours, les deux autres s'attaque chacun à l'un des barques restées sur place.
C'est dans l'une d'elle que l'un de vous découvre un cor. De petite taille, il est fait d'un bronze qui s'est oxydé avec le temps, lui donnant une teinte gris-bleue. Il possède des finissions étranges, des signes indéchiffrables qui sont agrémentés ça et là par de petits diamants. Il y en a sept en tout, faisant tout le tour du cor.
L'instrument est scellé. Des bouchons de cire ont été mis à l'entrée et à la sortie de l'objet. Vu leur état, vous devinez que cela a été réalisé il y a fort longtemps mais il semble que le temps n'a pas affaibli leur efficacité. Ca ne peut donc pas être de lui que provenait le son que vous avez entendu, mais rien d'autre ici présent n'a pu émettre un tel bruit et depuis que vous avez mis la main dessus,le silence règne sur la clairière.
Connaissez-vous ce cor ? Non, certainement pas. Il s'agit d'une relique datant de bien avant le chaos créé par Mary Noire et il a disparu depuis on ne sait combien de siècles. Seules des légendes existent à son sujet... Vous la découvrirez bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Lussa Ullen
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Ven 9 Juin - 8:34





Alors que Lussa et son camarade sauvage étaient sur le point de se remettre en marche, ils virent débouler une jeune femme accompagnées de deux chiens. De braves bêtes pour accompagner leur maîtresse dans la nuit au cœur de la forêt.
Instable sur ses jambes, la rouquine fit un demi-tour légèrement...vacillant, avant de se rendre face à la nouvelle venue pour la dévisager. Son visage lui disait quelque chose... C'était bien une villageoise de Pas-du-Loup...
« Hé bien vous nous excuserez de gêner vos bêtes que vous avez négligemment emmené dans la forêt, en pleine nuit, alors que tout le monde sait que c'est le moment où les pires créatures rôdent. Je pense notamment aux Gamphs puisque nous avançons en direction du Lac Néreuti et que ces... bestioles peuvent couvrir plusieurs kilomètres lorsqu'elles chassent. Bravo madame, vos animaux possèdent un décibel de voix bien supérieur au notre et ne se gênerons sans doute pas pour aboyer à un moment ou à un autre. »
Birgit Pattes-de-Chat, voilà ! Une gentille cliente. Elle n'était pas une grande adepte de l'auberge mais elle venait tout de même avec une certaine régularité. En dehors, Lussa ne la voyait pas énormément. Mais en tant qu'aubergiste, elle n'en ignorait pas moins pour autant. soit disant cette demoiselle serait une sorcière... Allons bon. Elle n'était certainement qu'une jeune femme bien plus intelligente que beaucoup d'autres et, elle était si jolie aux yeux de Lussa malgré sa balafre, qu'elle devait créer la jalousie de quelques mégères du village qui s’amusaient par lui suite à faire circuler des ragots déplaisant. La femme était un peu triste pour son interlocutrice et s'en voulu d'avoir peut-être eut l'air agressive dans ses propos. Mais ces derniers n'en étaient pas moins faux, attention.

Alors qu'elle commençait à s'excuser de son ton en prenant un air désolé, un son se mit à retentir dans les bois alentours. Il était plutôt beau. Mais également étrange. La rousse jeta des regards rapides à Bør puis à la jeune Birgit. Elle avait beau avoir deux chiens avec elle, et pouvait tout autant être une véritable sorcière, Birgit ne serait pas plus en sécurité. Personne ne l'est, seul, dans cette forêt.
« Allons-y tous ensemble. »

C'était reparti pour marcher. Oui, Lussa marchait un peu plus droit qu'au début de cette aventure ! Félicitez le temps et sa chamaillerie avec le bonhomme, qui ont sans doute évacuer un petit gramme d'alcool dans son sang.

Les trois villageois débouchèrent dans la clairière dont avait palé Lussa tantôt. Deux barques étaient amarrées au rivage. Mais les enfants n'étaient toujours pas là. Ils étaient forcément passés par ici. Agacée, Lussa se tourna vers ses compagnons.
« Cherchons des indices. Le ruisseau s'écoule lentement. En marchant vite, ou en faisant une petite course, nous pourront les rattraper. »

Histoire de s'isoler, Lussa se mit à fouiner les alentours. Elle commençait à réaliser qu'elle était ivre et n'était pas véritablement en état de procéder aux recherches. Peut-être aurait-elle dû rester au village avec les mamies et tous les autres incapables ? Non, allons, même ivre elle pouvait être utile ! Elle le montrerait bien à un moment ou à un autre. Ils récupéreront les enfants, coûte que coûte.

Revenir en haut Aller en bas
Bør Vell'an
humain
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Ven 9 Juin - 10:48

Feuille de personnage
Groupe: Humains
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Bør était encore en pleine conversation avec Lussa lorsque ils se firent interrompre par celle que les ragots de taverne nommés Patte-de-Chat. Elle venait les réprimander parce que ces chiens n'étaient pas doués dans leurs tâches.

Le Nomade avait un air rustre, mais il était amical. Sauf lorsqu'on lui manquer de respect, ou à une personne qu'il appréciait. Manque de chance, avec Lussa et lui, cela faisait d'une pierre deux coups.

"Je vois... Donc parce que vos clébards ne savent pas pister correctement, c'est de notre faute. Prenez un Bemalym, ou deux, la prochaine fois. Vous aurez sans nul doute le résultat souhaité."

Il se mit à inspirer et se ressaisis. Présentant ses excuses à la jeune femme, Bør déclara :

"Pardonnez moi, je met bat aussi bien avec les mots qu'avec mes masses. Je pense que mettre votre mauvaise humeur sur le fait que les enfants ont disparu serait juste."

Après que Lussa est invité la jeune femme à les rejoindre, il reparti en tête de troupe jusqu'au lac indiqué par l'Aubergiste. Pendant le trajet il entendit un curieux son et se mit sur ses gardes. Mis à part le bruit, le trajet se déroula sans encombre. Il pouvait entendre le léger clapotis de l'eau presque inaudible par le son mystérieux, signe que le groupe arrivait à destination.

"Voila les barques ! J'espère que nous pourrons y mettre tout les enfants. Bien que je préférais faire le tour du lac. Voyez vous, je n'aimerais pas présenter un tel buffet au dessus de cette eau lugubre... Bien que toute la marmaille dans cette forêt sera problématique aussi."

Bør s’avança vers les barques, le son mystique semblait se rapprocher. Il voulu vérifier l'état des moyens de transports, et aperçu un cor merveilleusement bien ouvragé dans l'un deux. L'instrument lui rappela des souvenirs de son passé et décida de le prendre. Au contact de ses doigts sur le corps du cor, le son se tut. Cela l'intrigua une fois de plus.

"Regardez ce que j'ai trouvé ! Un indice selon vous ? Je le garde, on ne sait jamais."

Il rangea le cor l'a ou il le pouvait, et se dirigea vers Birgit Patte-de-Chat.

"Vous apercevez quelque chose de votre côté ?  Nous ne nous sommes pas présentez, car je voulais gagner le plus de temps possible. Je me nomme Bør Vell'an, le nomade qui s'est installé au village. L'endroit est dégagé et nous avons une bonne vue, profitons en pour mettre nos découvertes en communs, depuis le début, voulez-vous ?"


Revenir en haut Aller en bas
Birgit Pattes-de-Chat
sorcière
avatar







Voir le profil de l'utilisateur



Ven 9 Juin - 11:56

Feuille de personnage
Groupe: Sorcière alliée des villageois
Métier / Rang / Occupation:
Capacités:




Birgit s'empourpra, horriblement gênée par sa remarque et encore plus par la réaction de ses concitoyens. Ce n'était sûrement pas le moment d'avoir une brouille de plus avec les autres villageois: Fajyr était certainement terrifié quelque part entre les griffes de qui peut savoir quel monstre, humain ou surnaturel.
Les tensions s'apaisèrent toutefois rapidement à son grand soulagement. Le compagnon de route de Lussa, un homme au visage sauvage qu'elle avait trouvé terrifiant au premier abord, s'excusa immédiatement après et se radoucit.

«Ce... Ce sont des bergers... ils pistent parfois des chèvres égarées mais plus rarement des enfants... excusez moi...» bredouilla-t-elle pour tenter de se justifier.

Pattes-de-Chat n'osa pas expliquer que son fils faisait partie des disparus. Elle se sentait la pire mère qui n'ai jamais existé et n'était pas prête à le crier à la face du monde. Un son retenti alors dans la forêt: c'était un joli bruit, mélodieux et agréable, qui semblait donner envie à Regin et Smidur de le suivre.
D'un commun accord, ils décidèrent d'en chercher la provenance. Birgit fermait la marche, encadrée par ses chiens aux oreilles dressées.
Ils débouchèrent vite dans une clairière au bord d'un lac. Deux barques étaient tirées sur le rivage, éclairées par la lune. Le son continuait alors que Pattes-de-Chat excitait les chiens pour qu'ils trouvent une piste dans les sous-bois, quelque chose qui leur permettrait de dire si les enfants avaient embarqué sur le lac ou avaient continué dans la forêt.
À quelques distance d'elle, le guerrier s'exclama qu'il avait trouvé quelque chose. Birgit se retourna pour le voir, un petit objet métallique en main. Il s'approcha d'elle et elle pu voir l'indice: un joli petit cor en cuivre orné de diamants, le genre d'objets qu'elle aurait raflé sans hésitations si elle l'avait trouvé accroché à un mur quelques années plus tôt.

«Birgit Pattes-de-Chat, la chevrière.» répondit la sorcière à Bør quand il se fut présenté. Elle hésita, puis décida d'être honnête sur tous les points: «Je n'en sais pas plus long que vous malheureusement... J'admirais la fête depuis un toit mais je n'ai rien vu de la disparition des enfants. Quand j'ai réalisé que mon fils Fajyr avait dû disparaître avec les autres je suis retournée chez moi chercher Regin et Smidur et nous nous sommes mis à leur recherche. Et vous, qu'avez vous pu observer?»

Birgit avait tout de même omit de préciser que lors de leur rencontre, les deux chiens n'avaient comme instructions de ne chercher que Fajyr. Elle était si obsédée par son absence que les autres enfants passaient au second plan dans son esprit. Il était tout ce qui lui restait, son compagnon était emprisonné à des centaines de miles d'ici et ne serait libéré que dans des années. La solitude écrasa le coeur de Pattes-de-Chat: elle en était sûre, avec Fajyr premier du nom, les recherches seraient déjà finies.

«Et si nous faisions sentir le cor aux chiens? Le métal garde mal les odeurs mais un coup de chance est possible, les bouchons de cire pourraient avoir conservé une effluve!»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé















Revenir en haut Aller en bas
 
[Event #1] La chasse aux enfants (Bor, Lussa...)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La phobie scolaire: phobie sociale des enfants (2/3 des cas)
» [Formes d'écu] Les Blasons d'enfants.
» Prières pour les enfants à naître
» 2010: Le 25/05 vers 15h40 - avion de chasse sur lunel
» Comment dois-je enseigner le Bouddhisme à mes enfants?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pas-du-Loup :: La Contrée :: La forêt du Nord
-


Sauter vers: